Le « Maître » d’un art n’est-il pas celui qui, ayant dépassé la technique, sait garder l’esprit du débutant, en cultivant la fraicheur de s’émerveiller à chaque fois, comme si c’était la première fois ?
L’excellence, ainsi vécue comme un état de nouveauté permanente et de progression continue, implique donc le manager lui-même intimement : pas d’excellence possible sans remise en question personnelle et travail sur soi (lire à ce sujet cet article : « performance ou excellence« ). Admettons qu’il puisse s’agir là d’une posture et d’un art de vivre.

« Le vrai voyageur expérimente que le chemin est plus important que la destination… » – proverbe chinois).

Excellence opérationnelle

Plus d’action que de théorie

Le leadership positif est centré sur l’action (plus que sur la théorie,  la philosophie, ou même la méthode). L’action et l’expérience concrète sont pour nous les meilleurs des points de repère. Et si nous reconnaissons qu’il est pertinent de « réfléchir » avant d’agir, nous croyons aussi que les actes et la pratique démontrent toujours mieux que les discours et les abstractions.

Orientation solutions

« Accompagner » n’est pas à confondre avec « guider » ou « conduire ». Un guide de haute montagne, par exemple, connaît la destination et le chemin, c’est un expert en technique (et il a même souvent une meilleure condition physique que le touriste qu’il guide). En revanche, un leader positif n’a pas besoin de savoir où il faut aller, ni par où passer, puisque son rôle ne  consiste pas à guider, mais à accompagner le collaborateur expert, qui détient le savoir et les compétences utiles. Il ne privilégie donc pas le style directif depuis une position centrée sur le contenu technique. Comme deux « compagnons », l’expert et le leader positif s’accompagnent mutuellement. En effet, c’est dans l’interaction entre le manager plutôt centré sur les questions, et le collaborateur plutôt centré sur les réponses, que vont émerger des ressources de créativité et de coopération, pour inventer ensemble le meilleur chemin vers les solutions.
Le leader positif ne se substitue pas au collaborateur, mais il l’accompagne sans pression extérieure et sans préjugés, vers ses propres solutions, et à partir de ses propres modes opératoires. (Un tel accompagnement n’est pas toujours possible. Il faut parfois lui préférer un mode conseil, ou un mode directif. Mais il est très intéressant de pouvoir l’utiliser quand c’est possible, parce que c’est le mode qui développe le plus l’autonomie, le sens de la responsabilité et l’esprit d’initiative chez les collaborateurs, qui sont suffisamment mûrs pour le supporter).

Pensée en rupture : « out of the box »

L’expérience de nos clients en Coaching, nous a amené à repérer d’où viennent une grande partie des problèmes que l’on rencontre en situation opérationnelle et comment un manager peut créer de la valeur en aidant à les résoudre :

  • C’est souvent l’acteur lui-même, qui « crée » en grande partie les problèmes qu’il rencontre, par la manière dont il se représente les situations, formule ses objectifs et cherche ses solutions. C’est donc finalement souvent en lui-même qu’il trouvera le mieux les ressources pour les résoudre (cf. : l’Esprit du Coaching )
  • Mais ce n’est pas en restant seul face au problème rencontré, que l’acteur trouvera les meilleures options pour en sortir, puisque il n’est généralement pas conscient des limites qu’il pose lui-même (s’il s’en rendait compte, il ferait autrement et n’aurait pas de problème !). Le leader positif aide ses interlocuteurs à challenger leur cadre de référence, à simplifier leurs « équations », à  « penser en dehors de la boite » pour s’ouvrir à de nouvelles possibilités, accédant par là même à des solutions innovantes.

Penser en rupture, « out of the box »

Valeur ajoutée du management en mode coaching

Observons les différences entre le management que nous appellerons « classique » (celui qui est généralement et spontanément pratiqué par un expert devenu leader d’une équipe) et ce management en mode coaching.
Un manager classique repère généralement les problèmes et fait en sorte que ses collaborateurs mettent en œuvre des solutions pertinentes de son point de vue d’expert. Il encadre la mise en œuvre des décisions, dans le respect de méthodes et de procédures. En plus de ces actes classiques, nécessaires, un Leader positif effectue fréquemment d’autres actions telles que :

  • la modélisation des modes opératoires propres à chacun et les feed-back positifs
  • l’encouragement des progrès et la célébration des réussites
  • les questions stimulantes, et les propositions impertinentes qui ouvrent le champ des possibles

Un leader aide à :

  • repérer ce qui fonctionne bien,
  • formuler les objectifs que les collaborateurs ont envie d’atteindre,
  • inventer des solutions innovantes,
  • identifier les ressources à mobiliser pour produire des résultats en rupture avec le passé,
  • susciter des boucles de réussite et  il valorise les plus petits progrès, pour produire une dynamique positive.

Les outils et pratiques que nous proposons dans nos formations sont inspirés par :

  • Le Coaching,
  • l’ « orientation solutions « 
  • la psychologie positive  et les récentes découvertes en neurosciences
  • l’approche systémique.