En France, il n’y a que 6% de personnes qui sont en train de créer ou qui ont déjà créé une entreprise. C’est assez peu. Tellement peu que notre beau pays est classé 56ème sur une étude portant sur 59 pays ! Cette étude a identifié que la cause de ce mauvais résultat est très spécifique à la culture Française, très spécialement transmise par l’éducation nationale, comme un virus : la peur de l’échec !

Cette vidéo explique quatre conséquences de la peur de l’échec :

  • intolérance face à l’erreur
  • mauvais estime de soi (une mauvaise note à l’école vous déçoit, vous décourage, et détruit votre confiance en vous)
  • manque d’autonomie face à l’erreur
  • manque de persévérance

La pédagogie positive est un vaste sujet, qui devrait nous inspirer pour le management et le leadership :

  • Attirer l’attention sur les forces et sur les réussites modifie positivement l’image de soi.
  • Se contrôler soi-même plutôt que se faire contrôler par un autre, pour développer son sens de la responsabilité au lieu de se soumettre à une autorité extérieure. Dans l’apprentissage, les réponses doivent être découvertes par l’apprenant lui-même, au lieu d’être délivrées par l’enseignant (ou le manager).
  • L’erreur et l’échec sont porteurs. L’enthousiasme et la persévérance sont les qualités à encourager, plutôt que de sanctionner les erreurs et d’entretenir la peur de l’échec. Cette erreur de pédagogie tétanise les personnes, leur fait peur de prendre des risques !

Au contraire de ces erreurs de pédagogie, perpétrées sur nos enfants par la noble institution qui est sensée les éduquer, la vidéo suivante présente des informations sur la plasticité cérébrale des enfants.

Comment dépasser la peur de l’échec ?

Se concentrer sur le geste que vous êtes en train de poser, maintenant, sans vous soucier de son résultat tout de suite. Par exemple, si vous tirez à l’arc, vous vous concentrez sur « maintenant » et sur les bons gestes techniques, sur votre posture et sur la respiration calme, et ce genre de choses. Puis vous observez votre résultat, et vous corrigez le tir si nécessaire. Mais pendant que vous tirez, si vous vous souciez du résultat, cela provoque une pression, une tension qui s’ajoute à celle de la corde, et qui vous parasite et vous prive d’un partie de vos ressources. Cette pression du résultat à tout prix (par peur de l’échec, évidemment) vous propulse de l’intérieur vers l’extérieur de vous-même, dans votre tête, au lieu d’être centré et de mobiliser vos ressources profondes pour réussir.
En management, c’est la même chose, lors d’un entretien de recadrage ou d’une réunion difficile, concentrez-vous sur vos gestes et postures, au lieu de laisser votre peur de l’échec vous tétaniser en provoquant des émotions parasites. inopportunes.
Pour contourner la peur de l’échec, il faut lâcher sur le résultat et se focaliser sur l’action.
Une vidéo détendue, qui propose 3 idées clés simples et justes

Agir dans l’énergie

Pour vaincre la peur de l’échec, il y a une manière simple : c’est de se concentrer tellement dans ce qu’on fait qu’il n’y a pas de place pour autre chose que l’action, aucune place pour des pensées parasites, aucune place pour la peur de l’échec…